marche fleurie a fleur de pot

Résistance… C’est long, tenez bon !

La résistance des restaurateurs s’est mise en place un peu partout tant bien que mal. Celle des clients également. Les premiers se spécialisent dans les plats et produits à emporter et les livraisons. Les seconds soutiennent leurs bonnes adresses en commandant pour manger à la maison.

La résistance, ce n’est pas pareil

Bien sûr, commander par téléphone ou sur internet puis déjeuner ou dîner chez soi n’a rien à voir avec une sortie au restaurant. On retrouve certes les saveurs réchauffées de nos bonnes tables, mais… Une sortie au restaurant, ce n’est pas une simple histoire de faim ! On sort pour découvrir une ambiance, admirer un décor, se faire conseiller et surtout pour retrouver la convivialité ! Discuter, échanger et rire avec les restaurateurs et autres clients, vivre en société, vivre tout court !

La résistance, ça va un moment

On peut résister quelques semaines voire quelques mois. Les restaurateurs peuvent se plier en quatre (ou plus) pour satisfaire leurs habitués et dépanner de nouveaux clients, mais c’est épuisant ! Prendre des commandes, préparer seul dans la cuisine puis partir en livraison et rentrer chez soi, éreinté d’une journée qui n’aura apporté ni chiffre d’affaire, ni satisfaction. Ce n’est pas cela le métier de ceux qui ont choisi de tenir un restaurant ou d’y travailler. Ces demies-mesures que restaurateurs et clients subissent en faisant de la résistance, durent depuis trop longtemps. Ce n’est plus qu’une demie-vie, voire une survie. On fait de la résistance, mais on ne sait pas bien pourquoi… Pour ne pas devenirs fous.

Le restaurant, essentiel ?

La question se pose-t-elle vraiment ? Nous devons bien sûr nous nourrir, mais ce n’est pas seulement un besoin physique. Une sortie au restaurant, c’est aussi une envie, un plaisir, une nécessité de découverte, de culture, d’échange et de bien-être. C’est une de nos raisins de vivre. Comme le disent les étudiants, à quoi bon protéger la vie si c’est pour la vivre à moitié ? Ces derniers sont privés de leurs plus belles années : pas de sorties, pas de fêtes, pas de découvertes, pas d’activités, pas de vie sociale. La solitude augmente, les dépressions et suicides aussi (voir le blog seule-solitude). Les enfants portent le masque toute la journée à l’école et ne voient plus leurs amis. Ils sont obligés de rester enfermés, seuls devant les écrans que les parents et éducateurs critiquent, mais qui sont désormais leur unique lien avec la vie. Les retraités auraient enfin le temps de se consacrer à des loisirs bien mérités après une vie à travailler. Mais ils sont enfermés et on leur dit de patienter durant ces précieuses années qui sont comptées…

C’est trop long !

On est tous à bout ! Toutes générations confondues. Peut-être le temps de la résistance a-t-il assez duré et faudrait-il passer au temps de la révolte. De toute évidence, fermer les restaurants et masquer les enfants n’arrête pas le virus. Pourquoi ne pas nous laisser vivre en protégeant simplement les plus fragiles en attendant qu’ils soient tous vaccinés ? Le COVID fait des dégâts et c’est terrible, mais priver tout le monde de liberté l’est tout autant ! Malheureusement, personne ne semble entendre la population dans une France soumise à des contraintes interminables qu”aucun de ses voisins n’a enduré ni accepté.

La résistance à Colmar, bravo !

Dans les restaurants de Colmar, certains luttent depuis des mois. Chacun fait ce qu’il peut comme il peut. Bravo à ceux qui restent debout malgré les difficultés, la fatigue et la lassitude ! Pour n’en citer que quelques uns, immense bravo à :

  • Djerba la Douce dont les couscous et tajines à emporter sont toujours aussi délicieux, mais surtout bravo à Nora et Habib pour leurs incroyables éternelle bonne humeur, dynamisme et sourires malgré tout !
  • Le restaurant le 3 qui propose tous les midis des plats du jour variés, originaux et savoureux en gardant le sens de l’humour et en restant optimistes !
  • L’Essentiel avec son Menu chaque semaine différent, toujours sain et intelligent, bien présenté et excellent !
  • Le restaurant Au Port du Canal qui continue d’élaborer de succulents plats à midi et de les remettre aux clients avec le sourire !
  • Le Café Rapp qui se décarcasse pour la culture en dépit des difficultés et s’investit pour les étudiants au quotidien !
  • tous les autres !

Grands bravos aussi à ceux qui se diversifient. L’Arpège qui vend désormais toute une gamme d’épicerie fine (Les Gammes de l’Arpège) au restaurant comme au marché, en attendant de retrouver les clients attablés… Et bravo à ceux qui ont eu le courage de lancer de nouvelles adresses à découvrir pour le moment en version emporté comme les Glaces de Mamama (et ses gaufres et crêpes miam).

Bravo aussi à tous les livreurs qui auront passé l’hiver dehors dans la pluie voire la neige à affronter les éléments et la circulation pour nous livrer dans les meilleurs délais.

Une marche fleurie a été organisée dans le grand est le 14 mars dernier pour exprimer le soutien des citoyens au monde de la culture. Restaurants, cafés, théâtres, cinémas, musées et tant d’autres qui apportent du goût à la vie et qui sont fermés partiellement ou en totalité.

Vous nous manquez à la folie !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut